Dispersion de cendres funéraires par drone
Dans la baie du Mont Saint-Michel
La dispersion aérienne
Une manière douce de dire un dernier au revoir
Dispersion des cendres par drone
Dernier décollage pour l'éternité

L’entreprise Envol Funér’Air est au service des familles endeuillées qui souhaitent une dispersion aérienne de cendres funéraires par drone dans la baie du Mont Saint-Michel. 

Envol Funér’Air organise la cérémonie de dispersion des cendres du défunt et prendra le soin de vous détailler l’ensemble des possibilités qui correspondent le mieux à votre situation et à vos besoins. 

Envol Funér’Air a été officiellement lancé vendredi 3 mai 2019 à Courtils  et la première dispersion a eu lieu courant mai 2019.

Fondée en 2018, Envol Funér'Air a pour ambition d’étoffer l’offre actuelle de services funéraires en proposant la dispersion aérienne de cendres par drone en réponse à l’attente du plus grand nombre. Guidée par la volonté de maintenir des valeurs humaines, morales, fondamentalement tournée vers une déontologie et le respect de l’intimité des familles, nous proposons un accompagnement complet et encadré pour le passage de votre deuil.

Jean de Montgolfier. Fondateur de Envol Funér'Air & concepteur du SADF (Système d’Aéro-Dispersion Funéraire).
De la lignée des inventeurs de la montgolfière, Jean de Montgolfier n’était pas vraiment adulte quand devenir pilote et consacrer sa vie aux aéronefs s’est imposé à lui comme une évidence.

LES FORMULES

Cérémonie de base

Cérémonie référente

Cérémonie personnalisée

Cérémonie du souvenir

En savoir plus

  • Une réponse "moderne et novatrice"
  • Un site hors norme
  • Une entreprise à l'expertise renforcée
  • Des prestations souples

Accompagnement personnalisé

Retour d'expérience

Le Mont Saint Michel

En quelques chiffres

0
VISITEURS
0
SUPERFICIE EN HECTARES
0
POPULATION
0
ANNÉE DE CRÉATION

S'inscrire à notre newsletter

La dispersion des cendres cinéraires en mer est autorisée si elle respecte la réglementation maritime française
et si elle est effectuée à plus de 300 mètres de la côte (loi du 2/01/1986 et article L.2213-23 du CGCT).
En revanche, elle est interdite dans une rivière, un fleuve ou un cours d’eau.